• Vie intérieure

    Petite leçon de pardon

    « Bon sang si tu devines ce que j’ai fait ce soir je te paie un verre ! Ce soir, je l’ai pardonnée, et c’était génial, j’ai pleuré dans ses bras, je tremblais de la tête aux pieds, ça m’a fait un bien fou.(…) Ouais exactement ! Je suis super contente. (…) Oui alors par contre je sais pas ce que t’as de prévu pour ce week-end, mais dans la journée j’ai appris une autre trahison et je sais pas encore qui, mais on a quelqu’un à éviscérer. » Je n’ai jamais eu l’âme pacifique, de toutes façons.

  • Vie intérieure

    Comment font les gens

    Comment est-il seulement possible de ressentir un manque aussi violent et d’être aussi incroyablement heureux dans un même battement de cœur ? Comment le corps et l’âme peuvent-ils supporter l’accumulation d’une telle déchirure et d’un tel éclatement de bonheur ? Comment font les gens qui ne sont pas des artistes ? Comment supporter le malheur quand on ne peut le compenser par l’incommensurable bonheur prodigué par la création ? Souvent j’oublie ce que je dois à l’écriture. Souvent j’oublie qu’elle est mon premier amour, mais surtout le plus fidèle. Souvent, j’oublie que sans elle, je serais juste une épave de tristesse et de névroses. Que mes colères flotteraient inutilement comme…

  • Vie intérieure

    J’ai pas envie d’avoir 31 ans, mais je crois qu’il est temps

    Le temps de l’action est venue. Des actions un peu cons, des fois. Que veux-tu, il faut bien faire avancer les choses. C’est sûr que ça serait plus simple si tout le monde était gentil, compréhensif, et empathe. Si au lieu de voir ce qu’ils avaient envie de voir, au lieu de tirer la corde jusqu’à faire exploser votre humble servante, ils s’intéressaient sincèrement à ma personne. Non mais calmons-nous, je ne vous ai pas fait venir pour m’épancher sur mon malheur. Ça va même plutôt bien tu sais. J’ai morflé cette année, vraiment morflé. Le passage à la trentaine, je l’ai senti passer. Il a été fort, il a…

  • Vie intérieure

    La logique, tu sais…

    Les gens normaux : Se mettent à ranger leur appartement directement en rentrant du travail et se couchent à 22h30 après avoir bu une tisane et lu un chapitre de leur livre de chevet. Moi : Glande dans le lit en regardant d’un œil éteint la masse de tâches ménagères qui l’attend. Se lève subitement à 23h30 pour réaménager l’espace, faire la vaisselle, rédiger trois bilans comptables et entamer une réfection complète de la salle de bain. Normal. (J’ai officiellement renoncé à comprendre le fonctionnement interne de mon cerveau.)

  • Vie intérieure

    Tu sais quoi ? C’était vraiment mieux avant

    J’ai toujours lutté contre cette phrase que je trouve d’une hypocrisie sans nom. Non, ce n’était pas mieux avant. C’était au mieux plus facile parce qu’on était plus jeunes, plus adaptables, qu’on subissait moins, qu’on ignorait mieux, qu’on combattait avec plus d’ardeur. Mais si les vieux de tous lieux et de tous temps répètent inlassablement que tout était mieux avant, alors acceptons la réalité, c’est juste qu’ils vieillissent. Les jeunes étaient plus polis et on respectait les anciens, et puis on échangeait avec ses voisins (des fois du lait, des fois son mec), et la météo, c’est vraiment plus ce que c’était. Les politiciens c’est tous des pourris (alors que…

  • Vie intérieure

    Et sinon quoi de neuf ?

    Dieu que je hais cette question. Chaque fois qu’on me la pose, je sens une espèce de panique m’envahir. C’est trop flou, trop vaste, et je ne vois pas ce qu’on attend de moi. Le boulot ? les amis ? le sexe ? la famille ? les sorties ? les projets ? l’hygiène de vie ? les rencontres idiotes ? les lectures ? le ciné ? les séries ? Au final j’ai l’impression que c’est la question des gens à qui on a rien à dire. Je sais pas moi, demande-moi si j’aime bien la danse, si j’ai mangé un truc fabuleux ces derniers jours, le nom de l’acteur qui…

  • Vie intérieure

    2018 commence bien, c’est gentil de demander (2)

    Le problème quand t’as une famille où tous les membres ont une longévité exceptionnelle, c’est qu’à moins d’avoir envie de te retrouver seule à 150 ans à jouer au Jungle Speed au cimetière les dimanches après-midi, tu vois moyen l’intérêt de soigner ton hygiène de vie. Mais comme j’ai le goût du risque j’ai décidé de tenter une nouvelle expérience pour 2018 et de dormir la nuit.