• Carnet de route,  Photographie

    Je t’ai dit que j’étais partie en Sardaigne ?

    C’est une question très sérieuse, parce que si je ne te l’ai pas dit, je ne sais vraiment pas par quel miracle tu y as échappé. Non mais sérieusement, j’ai passé les deux semaines précédant mon voyage à expliquer à tous mes collègues qu’ils allaient devoir faire sans moi parce que vois-tu, je pars en Sardaigne, à repousser les rendez-vous des clients parce que, voyez-vous, je prends cinq jours de vacances en Sardaigne, et à trouver tous les prétextes du monde pour informer tout mon quartier que MEC, JE PARS EN SARDAIGNE (j’ai trouvé ma pharmacienne un peu trop détachée sur le sujet, d’ailleurs, si tu veux mon avis). Alors…

  • Vie intérieure

    Brève répétitive

    Après la fantastique épopée de l’appareil photo compact et du chargeur, j’ai l’immense joie de vous annoncer un nouveau feuilleton à suspens pour cet été. En effet, après avoir perdu le flacon contenant le produit à cyanotypes, je viens d’égarer mon dissolvant. Je soupçonne fortement ma commode de manger les bouteilles en plastique, aussi vais-je de ce pas faire mes adieux à mon fixateur.

  • Photographie,  Vie intérieure

    Joie de lettres

    Tes potes t’aiment, même quand tu as un métier très sérieux qui ne t’intéresse pas vraiment et que tu leur avoues après cinq verres de rosé. Quand tu leur dis « Moi je ne veux pas chopper, je veux devenir photographe », elles ne te répondent pas « passe ton bac d’abord » mais « ok, vas-y, attention j’aime pas ce profil ». Elles te promettent qu’elles t’exposeront dans leurs magasins, évidemment, si personne d’autres ne veut de toi et même si elles n’ont jamais vu tes photos. Quand tu leur dis que tu t’en vas parce qu’il se fait tard et que tu veux manger une flammenkueche avant de dormir et que demain tu commences…

  • Vie intérieure

    Personne n’aime ma prof de photo

    Du moins, aucun de mes profs. (Oui j’aime bien les titres à sensations, et oui j’aurais fait une journaliste affreuse, et ça tombe bien, vu que dans mon travail les seuls écrits que je rends ont des titres aussi fascinants que « bilan prévisionnel 2018 » alors hein si on peut même pas se faire plaisir sur son propre blog, à quoi bon s’emmerder. Et oui je sais que cette introduction en parenthèse est beaucoup trop longue et hors sujet mais tu devrais avoir l’habitude, depuis le temps.) Donc, le contexte. Cette petite chose futile et innocente. Tu ne le sais peut-être pas, mais je n’ai jamais été une étudiante bien assidue.…