• Les hommes et moi

    Y a un chat qu’habite chez moi

    J’avais oublié. J’avais oublié que tu peux acheter tous les jouets les plus fous du marché, ton chat aura toujours une préférence pour ta chaussure dans laquelle tu as bien transpiré (mais seulement la droite). J’avais oublié les bruits dans la nuit qu’on ne veut pas trop interpréter ; les fauteuils qu’on protège avec un drap et le chat qu’on retrouve sous le drap, bien confortablement lové sur le support que vous cherchiez (naïf que vous êtes) à protéger. J’avais oublié que les chats ne buvaient jamais dans leur gamelle dédiée et que tu finis toujours par te retrouver avec un bol dans ta douche au cas où. Et qu’il…

  • Vie intérieure

    Je danserai tant qu’il y aura de la musique

    Je porterai des accessoires ridicules que personne ne comprendra. On me verra de loin et je rirai fort. Je danserai dans la rue et sur le quai du métro, je chanterai à tue-tête, aussi faux qu’il est possible de l’être. Je boirai du champagne toutes les nuits en faisant l’exquis énoncé de mes péchés. Je pleurerai devant des films idiots et je serai irrévérencieuse. On m’entendra de loin et on verra danser mes plumes. Je traînerai un appareil photo partout et j’irai parler aux inconnus. Je prendrai en photo tous les hommes que je ne peux avoir autrement, et je les aurai de la meilleure façon possible. Je lirai en attendant le…

  • Vie intérieure

    J’ai un nouveau magasin préféré

    Et c’est un concept store pour hommes. Où je ne suis pas rentrée dans le but de faire un cadeau à un homme. Et qui regroupe globalement tout ce que j’aime et tout ce que je peux avoir envie d’acheter au monde. Pour moi. Ils ont des écharpes, des magazines d’art, des montres, des polas, des carnets et des crayons blancs pour architectes. Des lunettes de soleil et des enceintes high-tech. Bref, tout quoi. Pourquoi est-ce que ça ne me surprend même pas ?

  • Photographie,  Vie culturelle

    Brève dépensière

    Toi, oui toi qui me lis, toi qui m’a vu naïvement sombrer dans mon amour pour la photographie, soit bien attentif. Car aujourd’hui, je dois te mettre en garde d’un terrible danger : si jamais toi aussi tu as déjà une passion dévorante pour la lecture et les livres, si les feuilleter à la bibliothèque entre midi et deux ne t’a jamais suffit, alors écoute bien mon conseil : ne te met JAMAIS à la photographie. Car alors tu tomberas inévitablement dans la spirale infernale des livres de photographie. Et ça, mon grand, plus encore que les jeans de qualité, le maquillage et les bandes dessinées, C’est. Le. MAL.