• Interlude culturel

    J’aime les gens qui doutent

    J’aime Les Gens Qui Doutent Les gens qui trop écoutent Leur coeur se balancer […] J’aime ceux qui paniquent Ceux qui sont pas logiques […] Ceux qui sans oriflamme, Les daltoniens de l’âme, Ignorent les couleurs Ceux qui sont assez poires Pour que jamais l’Histoire Leur rende les honneurs […] J’aime Les Gens Qui Doutent Et voudraient qu’on leur foute La paix de temps en temps Et qu’on ne les malmène Jamais quand ils promènent Leurs automnes au printemps Qu’on leur dise que l’âme Fait de plus belles flammes Que tous ces tristes culs Et qu’on les remercie  

  • Interlude culturel,  Les hommes et moi

    What the hair happened to me (Bonus)

    Juste au cas où je n’ai pas été suffisamment claire sur mon type d’hommes dans les épisodes précédents : Gimme head with hair Long beautiful hair Shining, gleaming, Streaming, flaxen, waxen […] Let it fly in the breeze And get caught in the trees Give a home to the fleas in my hair A home for fleas A hive for bees A nest for birds (Je ne vois pas comment être plus claire.)

  • Vie intérieure

    Il y a un verre et dans ce verre, il y a de l’eau

    Je ne vois plus le verre à moitié vide depuis bien longtemps. Quoi qu’il se produise, quoi que je décide, il m’est subitement devenu impossible de ne pas considérer la moindre situation avec un optimisme débordant. Je ne sais ni pourquoi, ni comment, mais dans chaque malheur le verre reste à moitié plein, et si tu ne me crois pas, demande-moi de te parler de mon mois d’août un de ces quatre, pour voir. Et pourtant, des fois, sans que je me l’explique, alors que rien ne va plus mal qu’à l’ordinaire, que la vie n’est guère plus chiante, juste peut-être plus embrouillée et chaotique, soudain l’angoisse m’étreint les côtes et…

  • Vie intérieure

    Brève microbienne

    Ah… Cet inénarrable moment de l’année où si on s’écoutait on ne vivrait que de soupes et de grogs… de préférence enfoncée au fond de son lit, dans le pull le plus informe qui soit (celui qui a survécu à quinze rhumes, treize angines, deux grippes et une gastro), le nez ruisselant dépassant à grand peine d’une écharpe enturbannée autour d’un cou ganglionné, évitant tant que faire se peut tout contact humain car en cette période de l’année il n’y a aucun, non vraiment aucun moyen de ne pas avoir l’air moche.

  • Style

    J’ai un badge « J’aime Gorge de Loup »

    Ce qui est un peu une hérésie quand tu sais que dans ma famille on est croix-roussiens par conviction depuis deux générations au moins (j’ai un chat maintenant, la deuxième génération est officiellement en marche), et que je me sens tellement croix-roussienne qu’il m’arrive d’avoir des échanges aussi improbables que : « Et tu viens d’où ? » « Lyon. Et toi ? » « Moi je suis du sud de la France mais ça fait quinze ans que je vis à Lyon. » « … » (Ça fait moins de 5 ans que je vis à Lyon et je suis à la limite de me balader dans la rue avec un fanion « Croix-Rousse Libre ».) (J’ai potentiellement un…

  • Journal de pousse

    J’ai décidé de me laisser pousser les cheveux

    Il a déjà été établi que j’avais une obsession pour les cheveux des autres, mais selon une étude récente, il s’avère que pour les miens aussi. Les gens qui me connaissent personnellement le savent, j’ai une passion dévorante pour la beauté et les fringues. J’aime avoir du style et l’opinion des gens sur le sujet, laisse-moi te dire que je m’en tape complètement. De base, les gens qui ont du mal à comprendre que tu puisses avoir un avis sur le dernier mascara de Chanel et dévorer Aragon en une nuit, ça ne m’intéresse pas vraiment (surtout qu’en général, bizarrement, ce sont très exactement ceux qui me jugent parce que…