• Interlude culturel

    The good the bad and the crazy

    There’s a whole lot of women in me You’re wondering what I mean, I see Meet the Good, the Bad and the Crazy I come in many shades and shapes So don’t put up the barricades I’m not here to make a war […] Heads up Close your eyes Feel the rain and loose your hair Swing your hips from the right to the left You’re free to own yourself

  • Carnet de route,  Photographie

    Prague, l’épopée muchaïenne *

    Une des raisons pour lesquelles nous venions à Prague, en premier lieu, c’était le musée Mucha (et l’horloge astronomique, laquelle était en réfection) (n’en parlons plus). Mon pote est très branché art déco et art nouveau (tu me diras que pour Prague, ça tombe bien), et moi je suis juste branchée Mucha (pour la petite anecdote inutile -m’enfin si t’aimes pas les anecdotes inutiles je ne vois pas ce que tu fiches sur ce blog- j’ai une affiche de Mucha dans mon salon depuis plus de 5 ans, et j’ignorais totalement le nom de l’artiste) (la culture ça ne s’invente pas). On m’avait prévenue que ce musée était tout petit,…

  • Photographie

    Mon butin aux ateliers de Marinette

    Les ateliers de Marinette je ne t’en ai toujours pas parlé, non pas parce que j’ai oublié, mais parce que j’ai voulu te faire un joli article sur comment j’ai trouvé mon réflex argentique, et que ça a (légèrement) digressé sur pourquoi en ce moment je préfère l’argentique au numérique, et autant te dire que vu le tournant qu’a pris cet article, j’étais pas prête de t’en parler, des ateliers de Marinette. Pourtant, c’est probablement mon nouvel endroit préféré de Lyon (avec le rayon chocolat de Monoprix) (les promos des chocolat de Pâques c’est le mal). Je l’ai découvert par hasard en me baladant dans Saint-Georges la semaine dernière (mon…

  • Vie intérieure

    Cécile de France avait raison

    A 29 ans et 364 jours, je vivais ma vie au futur. J’avais pas un rond, des envies plein la tête, et l’impression que rien n’était atteignable. J’étais plutôt mal entourée, angoissée à l’idée de ne jamais vivre, désorganisée, en proie à mille et un blocages. Je voulais un chat, partir un mois au bout du monde, revenir et recommencer, planter mon boulot pour devenir auteur, mais j’osais à peine l’exprimer, devenir photographe aussi, pourquoi pas. Sortir de mon carcan et vivre. J’étais une petite fille avec des rêves plein la tête, et c’est l’image que je risque de laisser dans la tête de pas mal de personnes. Tant pis.…