Vie artistique

Voyageons bien, voyageons léger (sort of)

Ah les vacances, l’opportunité rêvée de réaliser que non, je ne suis pas un être minimaliste. Partir un long week-end c’est une chose, mais là c’est quinze jours dont :

  • une semaine à la plage
  • une semaine en forêt
  • un mariage

Alors le mariage, pour un truc qui dure 24 heures, et bien c’est fou la place que ça prend entre la tenue (choisir une jupe tutu à multiples jupons n’était pas une si bonne idée, tout compte fait), la coiffure (j’ai un trouble avec les couronnes de fleurs, et je m’en fous. Na.), le cadeau de mariage (oui j’aurais pu glisser des sous dans une enveloppe mais non, j’ai voulu faire ma maligne), la pochette (va savoir pourquoi le tote-bag fait mauvais genre)et les DEUX paires de chaussures (car je suis de ces êtres snobs qui ont besoin de parader en talons avant d’aller enfiler leurs ballerines en pleurant sur leurs orteils morts au combat) (je suis une idiote oui, tu as le droit de le dire). Bon, ma valise est donc déjà à moitié pleine, et je me félicite que l’été ben on porte moins de pulls (en tous cas cet été, ça a l’air peinard) mais bon, je pars dans l’ouest, alors peut-être qu’il fera plus frais et puis 15 jours c’est long alors bien sûr que j’ai pris un putain de jean au cas où, et trente débardeurs (je ne suis pas marseillaise, mais j’avoue que la question est légitime) parce que l’été on a chaud on transpire etc.

Oui j’aurais pu m’en sortir en fait. Sauf que je ne suis pas un être (totalement) ordinaire. Je suis une chieuse d’artiste. Je peux pas partir en vacances avec un compact (allez va, on t’accorde le reflex) numérique, un ou deux bouquins et quelques magazines. Non non non. Moi je dois me pointer avec la totalité de mon matériel. Et encore, j’ai fait des choix.

vacances, artiste, minimalisme, voyage, sac de vacances, appareil photo, appareil photo étanche, polaroid, pellicules, argentique, photo argentique, en vrac, journal de bord, autodidacte, carnet à dessin, faber castell,

Je prends donc :

  • mon polaroid P600 (celui qui fait la taille d’un studio parisien, exactement)
  • 4 recharges de 8 films polaroid (après les polaroid c’est comme les m&m’s, tu dis que tu vas en prendre juste un et tu finis le paquet)
  • mon Kodak retinette folding qui est petit et compact, quand même (comment je fais style que je suis mega raisonnable alors que non, mais alors pas du tout)
  • le « vieux » Minolta de mon enfance, qu’à la base je voulais rendre à ma mère parce que je me considérais trop snob pour l’utiliser, jusqu’au moment où j’ai réalisé qu’il était parfait pour faire des photos de soirées
  • beaucoup trop de pellicules, genre une dizaine parce que tu comprends on sait jamais et je vais sûrement en prendre tout plein et puis rends-toi compte, ont-ils seulement des pellicules dans l’ouest de la France ? (car dramatiser n’a jamais été dans mon caractère)
  • un appareil photo étanche, même si je sens que c’est de la camelote et que je vais le regretter, mais il faut savoir vivre dangereusement (et dedans j’ai mis une pellicule que j’aime bien, mais sans plus)
  • mon carnet à dessin (il est en papier kraft et c’est trop cool), car je me suis mise en tête de me remettre au dessin et j’essaie de crayonner tant bien que mal en m’aidant des conseils de ce blog avant de commencer des cours à Froggy Art à la rentrée.
  • mon carnet de voyage car hein, je suis en voyage et si je ne le remplis pas sur place et bien je ne le remplirai jamais. Voilà.
  • ma trousse avec : mes ciseaux, de la colle, un marqueur indélébile pour écrire des conneries sur mes polas (parce que oui, c’est la moitié du plaisir) (on ne peut pas non plus faire que de l’art en permanence, on se f’rait chier), un charmant assortiment de marqueurs à l’encre de chine Faber-Castell incluant : un noir, un dark sépia, un dark indigo embout pinceau et un Indian red embout pinceau, un bic et un pinceau Creapen à cartouches.
  • mon ordinateur 12 pouces, parce que c’est pas tout ça mais j’ai un roman à écrire, moi.
  • un livre qui m’agace, mais il faut bien que je le finisse pour le revendre et puis je ne serai pas seule, je pourrai donc me plaindre en public, et je ne résiste jamais à ce type de plaisir (et c’est ainsi qu’elle mourut précocement dans sa première semaine de vacances).

vacances, artiste, minimalisme, voyage, sac de vacances, appareil photo, appareil photo étanche, polaroid, pellicules, argentique, photo argentique, en vrac,

Par contre j’ai fait un effort immense. Je n’ai pas pris mon carnet de réflexions personnelles (celui qui est tout fin) (le seul, oui), j’ai décidé que je ne vivrai aucune crise existentielle en deux semaines, et puis c’est tout. Ah oui, et puis j’emmène mon chat. Un détail.

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *