Photographie

J’ai un appareil photo, et je n’hésiterai pas à m’en servir

J’ai toujours eu un rapport hyper pénible à la photographie. J’aimais ça, mais je n’y connaissais rien (et visiblement j’étais trop débile pour ouvrir un livre et me renseigner comme toute personne moyenne dotée d’au moins un demi-neurone). J’ai voulu un appareil photo compact et mignon parce que tout le monde en avait un, mais en vrai j’avais trop la trouille pour le dégainer parce que tu comprends ça va ralentir les gens et puis en plus je sais pas cadrer je comprends rien à la lumière et ça fait chier tout le monde de poser et de toutes façons la photo va être ratée (mais non ça va sinon vous avez raison je suis pas vraiment timide moi comme fille) (non mais sérieusement, tu la VOIS LA TIMIDITÉ LÀ?) (on me glisse dans l’oreillette que ce n’est pas à proprement parler de la timidité mais plutôt un manque de confiance en soi) (…) (ah oui pardon, au temps pour moi, aucun rapport en effet) (et puis c’est vachement mieux, y a pas à dire).

Bref, autant te dire que j’étais pas exactement considérée comme le futur fleuron de la photographie moderne. Bon j’ai fait de timides pas sur instagram mais en mode compte privé et légers craquages occasionnels sur les filtres à la con comme le prouve subtilement cette photo :

guitare, artisan du son, prise de son, musique, enregistrement, instagram, photographie,

(La première chose qu’a sorti mon pote en voyant la photo c’est « Qeuwaaaa ! Mais je porte un jogging et des chaussettes ! ». Et oui, mais mes lecteurs ont le droit de connaître la vérité.) (Et moi j’aime le cadrage.)

Oui, donc concrètement, c’était mal barré. Et puis, il y a quelques mois, j’ai eu la chance de rencontrer une talentueuse photographe et vidéaste et, fidèle à mon mode de communication naturel, une fois bien pintée au bout de quelques verres, j’ai fini par lui demander si elle accepterait de me donner des cours de photographie. (Encore une fois, ami lecteur, si je puis me permettre cette légère digression, il me semble que cette anecdote démontre avec excellence que clairement, parler pour ne rien dire au premier quidam qui passe, je gère, mais poser une question simple à quelqu’un que je connais déjà, sans avoir le soutien de trois litres d’alcool, est visiblement au-dessus de mes forces. Mais ok, je ne suis pas timide, admettons, admettons…) (Je n’admets rien du tout.) Et *roulement de tambours* et bien elle a accepté (ça valait bien le coup de frôler le coma éthylique pour si peu tiens).

Depuis ce jour (plus le temps de décuver), je gambade tel un petit chiot qui vient de découvrir la chasse aux papillons. Certes, j’ai toujours un peu de mal à dégainer l’appareil photo si je suis la seule tarée artiste en herbe du coin, je suis toujours plus à l’aise pour demander aux végétaux de poser plutôt qu’aux gens n’empêche que. Je m’arrête sur chaque petite branche d’arbre, je m’ébaubis du moindre bourgeon, je fais un arrêt sur image sur tous les moments un peu jolis de ma vie. Bref, je suis devenue chiante, et c’est pas prêt de s’arrêter !

Et en bonus, une autre photo artistiquement discutable :

Lyon, Bellecour, rue de la république, photographie, instagram, filtres, sepia, amateur,

(Je ne vais pas vous mentir, oui j’ai potentiellement été prise de filtrite aiguë au moment de poster cette photo. Damn you Instagram !)

Crédits photos : philomenalphenomene.fr (bien qu’il n’y ait pas forcément de quoi de vanter)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *