Les hommes et moi

This is a fail

Pour la première fois de ma vie, j’avais choisi le célibat. Ça n’a l’air de rien comme ça mais quand t’as couru après le grand amour pendant près de 26 ans, admettre que l’amour est périssable et que ta vie n’est pas un roman d’amour, ça réclame un certain courage. Ça exige de revenir sur ses idées reçues, sur ses attentes, de comprendre que tout n’est que rencontres et que le chemin est long. Je l’ai toujours dit, je saurai qui est le grand amour de ma vie seulement au moment de rendre mon dernier souffle. Mais combien de challengers alors aurais-je en tête ?

Quand on vit uniquement pour l’Amour et qu’on a enfin la chance de vivre une belle relation stable après des mois, voire des années de galère, on vit dans la panique de la voir s’arrêter du jour au lendemain. Du moins ce fut mon cas. Ce qui est, en un sens, le summum du ridicule, puisque tout a une fin n’est-ce pas ?

Oui, la mort aussi est une fin. Et c’est seulement en comprenant ça, que tout finit par s’arrêter, d’une façon ou d’une autre, l’amitié, l’amour, la vie, la joie, la tristesse, qu’alors à quoi bon attendre quelque chose d’inéluctable ? Ne serait-ce pas judicieux et malin et de profiter de l’instant présent, de vivre, d’attendre, et tant pis pour demain parce qu’après tout on ne sait pas qui nous serons demain.

Alors oui j’ai décidé de vivre l’amour au présent au lieu de rechercher un compagnon de vie pour toujours. De papillonner sans remords ni questions, de savourer mon célibat en accueillant les surprises qui viendraient à moi. Point trop d’attentes, beaucoup de curiosité, le secret du succès.

Je ne sais pas pourquoi, mais je pensais naïvement que mon seul changement de philosophie transformerait mon rapport aux hommes ; que le fait de me moquer d’être en couple simplifierait comme par un coup de baguette magique mes rapports humains. Sauf qu’en fait, concrètement, le fait de ne pas attendre de chaque homme qu’il soit l’homme de ta vie, et bien ça ne change rien, de fait. Ta vision de l’Homme ne change pas l’Homme. Tu crois en tout et en rien, et c’est bien, vraiment, mais ça ne te donne pas un master en décryptage du comportement masculin par magie, ça ne te rend pas plus confiante dans tes rapports ni plus audacieuse. Ça ne change rien à ta personnalité, si tu veux tout savoir. Et moi, ce que j’avais apparemment oublié, c’est que mine de rien, mon ex, il m’a sauvé de mois de prises de tête, de rencontres foireuses, d’échanges sybillins. Moi, la reine du friendzoning, qui ne voit rien, interprète mal, conclut par erreur.

Non, ce que j’avais oublié, c’est que je suis un pur boulet avec les hommes moi, en fait.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *