Les hommes et moi

What the hair happened to me

Moi, mon genre d’hommes, ça a toujours été l’intellectuel de service. Tu sais, celui dont tu peux apercevoir les petites cellules grises s’agiter sous sa chevelure (j’aime aussi les mecs qui ont de beaux cheveux, c’est un fait), celui qui fait les déductions les plus ardues pendant que les autres en sont encore à additionner les indices dans la douleur. Voilà, je suis une Serdaigle et j’aime les intellectuels.

C’est pas bien grave en soi, si ce n’est que dans la vraie vie, c’est pas exactement le genre de mecs qui se bouscule au portillon. (Moi en général j’attire plutôt ça, ou ça). Et moi, comme j’ai pas non plus envie de finir toute seule sur mon canapé à faire la liste de tous les personnages brillants que je ne rencontrerai jamais, et bien moi, je finis toujours par sortir avec le mec gentil et marrant et c’est tout (mais qui a de beaux cheveux) (je reste quelqu’un de constant, dans le fond). Et c’est bien, c’est sympa, et ça m’apporte des choses intéressantes, et surtout je m’en plains pas, parce que je sais que les hommes comme j’aime, et bien ça n’existe pas (pardon mes exs).

Bref, tout ça pour dire que ça c’était avant, car ma vie sentimentale a clairement pris un tournant insoupçonné ces derniers temps (oui je suis toujours célibataire) (on peut avoir une vie sentimentale ET être célibataire) (je suis une serdaigle, dans les faits j’ai pas besoin qu’il m’arrive quelque chose pour que quelque chose se produise) (je crois que je m’égare par contre) (suis-je condamnée à ne communiquer qu’à travers des parenthèses ?) (comment vais-je me sortir de ce paragraphe alors que mon chat commence à faire la gueule car je fais des parenthèses au lieu de lui gratouiller la tête ?) (tu VOIS qu’on peut être célibataire et avoir des problèmes intenses).

Donc le tournant. Le premier tournant c’est que tu remarqueras que je suis dans une période un peu cabotine, avec des vannes en veux-tu en voilà, des liens à la con, du sérieux pince-sans-rire et des jeux de mots pouf pouf pouf (en vrai, bien sûr que je suis putain de fière du jeu de mots dans mon titre, bien sûr). Même que je sens que ça va devenir rapidement lourd pour mon entourage très proche (celui-là même qui va pas tarder à regretter de devoir continuer à me supporter même en phase d’hibernation) (je suis un être humain normal, j’ai besoin de contacts humains, même quand je préfère la compagnie de mon chat et de mon Mac) (merde, la spirale sans fin des parenthèses a recommencé). L’autre tournant (oui, j’ai été forte, j’ai arrêté les parenthèses) (…), c’est que je suis devenue exigeante. Je me suis rappelée que dans la vie on a que les limites qu’on s’impose, et que moi, maintenant, je veux un mec qui me retourne le cerveau. Et crois-moi que même s’il n’y en a qu’un dans l’univers (mais j’ai des doutes, on va pas se la jouer victime non plus) et bien il sera pour moi.

De fait, histoire de conserver un certain équilibre, maintenant, à l’écran, et bien si tu veux tout savoir, mon cœur bat pour Steve Harrington.

Je ne comprends pas.

(Même s’il a de très beaux cheveux.)

steve harrington, stranger things, steve baby sitter, chat, cheveux, hommes, serdaigle, intellectuel, type d'hommes, stranger things 2, photographie,

4 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *