Les hommes et moi

Brève honteuse

Parfois, je l’avoue, lorsque la soirée avance et que la procrastination m’éloigne de mon travail, parfois donc, je me retrouve à stalker mes ex par tous les biais possibles. Ce n’est peut-être pas très sain, et certainement pas adulte, mais j’aime bien m’assurer de temps à autre qu’ils ne sont pas devenus plus exceptionnels qu’ils ne l’ont jamais été avec moi et que je ne suis pas par mégarde passée à côté de l’histoire de ma vie. Evidemment, je suis rarement déçue, et souvent, c’est l’affliction qui me gagne face à mes goûts passés, parfois une certaine horreur lorsque mon cerveau, un peu trop fertile, imagine l’espace d’un instant la vie que j’aurais pu avoir si j’étais restée avec.

Parfois, je me demande s’ils en font de même pour moi, et j’entends mon ego se pâmer devant cette éventualité, mais souvent, ce qui me reste de bienveillance ne le leur souhaite parce que moi, ça va.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *