Journal de pousse

J’ai laissé le contenu de mon PEL sur le site d’Aroma-Zone

J’ai fait un rêve improbable (je blâme l’Antéchrist qui m’a fait passer une des pires nuits de ma vie, et sachant que j’ai un long passif de douleurs intestinales nocturnes, dis-toi que la barre est haute) : je me lavais les cheveux avec une poudre végétale, et mes cheveux étaient soudain sublimes. Ils brillaient, ils était volumineux, super longs et violines (je ne sais pas de quelle poudre il s’agit mais pour avoir retourné le web à sa recherche, je peux au moins te dire qu’ils n’ont pas ça chez Aromazone). Forcément le lendemain quand je me suis réveillée j’ai retrouvé ma tignasse plate, courte et blonde, celle-là même qui me réjouissait tant il y a quelques jours et qui, soudain, était devenue d’une banalité affligeante et de fait, j’étais déçue. Et du coup, comme je ne suis pas du genre à laisser traîner ma déception, je me suis immédiatement saisie de mon livre sur les cheveux au naturel, j’ai pris des notes et j’ai commencé à écumer internet à la recherche de LA poudre lavante (c’est mon côté pugnace).

Après avoir découvert que contrairement à la routine interminable à laquelle je m’astreins pour les masques au rhassoul (celle-là même dont je ne t’ai jamais parlé parce que j’ai grave la flemme de la faire depuis que j’ai commencé mon journal de pousse et qu’à chaque fois je la case dans la liste de ce que je compte essayer pour les prochains deux mois, mais en fait non), il était possible de se laver les cheveux en un temps record (allez, on ajoute 5 minutes à ce que je fais actuellement, pour la forme) avec une poudre lavante, je me suis demandé pourquoi me priver, en fait. J’ai même félicité mon inconscient de sa brillante idée. Et c’est globalement à ce moment-là qu’on m’a perdue.

La semaine dernière je passais mes journées à faire des listes, et j’ai malheureusement commencé à en faire une de tout ce que je devais essayer sur ma chevelure. Je me suis même dit que j’allais pouvoir faire des mélanges (oui, moi la nana que ça gonfle de prendre dix minutes pour se concocter un plat nourrissant et sain. Exactement. Je n’ai définitivement pas la passion de la tambouille pour les bonnes choses, que veux-tu.). Et là dis-toi qu’au lieu de faire mon ménage et mon rangement (je suis devenue bien trop détachée du monde terrestre, si tu veux mon opinion), j’ai écumé des blogs à la recherche de toutes les poudres que je pouvais essayer pour obtenir ma longue chevelure de rêve violine.

J’ai envoyé un message à toutes mes potes potentiellement intéressées pour une commande aromazone, mais sans leur avoir laissé le temps de me répondre, j’avais déjà validé mon panier et payé mes petites emplettes (quand je dis que je me suis vraiment amélioré niveau patience, je ne peux pas m’empêcher de penser que ça dépend un peu, quand même). Au final j’ai choisi les éléments suivants :

  • le shikakaï sur lequel je mise beaucoup. Apparemment sur internet tout le monde l’aime et il sauve des chevelures chaque jour. Il s’agit d’une poudre ayurvédique qui lave (c’est un bon début), stimule la pousse (wéééé), redonne force et brillance aux cheveux. Le graal, te dis-je.
  • le sidr, je suis un peu plus dubitative mais je me suis dit que quitte à me lancer autant y aller franchement. Le sidr a une action lavante et embellissante aussi. Mais ce qui m’attire particulièrement, c’est qu’il est censé apporter du volume aux cheveux. Et moi le volume… j’en ai pas.
  • le brahmi est aussi une poudre ayurvédique, parce que j’ai décidé que l’Inde était ma nouvelle meilleure amie, visiblement. Le brahmi, je ne pense pas pouvoir l’utiliser seul sur ma chevelure car il est avant tout réputé pour son action tonifiante : il stimule la pousse, apporte volume et brillance. Non, vraiment, je ne voyais aucune raison de m’en passer.
  • le reetha, tout le monde en parle comme de LA poudre à utiliser quand on a les cheveux gras (de fait, je me suis sentie concernée, parce que oui je rêve d’une chevelure épaisse et longue et volumineuse, mais des cheveux propres je trouve que c’est déjà un début honorable).
  • la poudre de guimauve ne lave pas, mais elle démêle, adoucit et gaine le cheveu. Bon, sur internet, les avis sont mitigés. On adore ou on déteste apparemment, mais moi j’étais dans un état d’esprit j’essaie tout, alors j’ai choisi d’essayer.
  • l’argile violette n’a aucun rapport avec le schmilblick capillaire, mais j’ai une peau qui fait bien la gueule depuis quelques mois, alors je me suis dit why not. L’argile n’a jamais eu d’effets spectaculaires sur ma peau, mais apparemment l’argile violette c’est pas pareil vois-tu.
  • l’huile de souchet est connue pour ses propriétés anti-repousse, et là je pense que tu as deviné qu’on est sortis du domaine capillaire. J’aime pas m’épiler, surtout vu le peu de poils que j’ai, et j’aime pas non plus m’hydrater la peau. Donc je me suis dit qu’une huile (donc a fortiori nourrissante) qui permet de moins s’épiler, ça allait peut-être pouvoir résoudre tous mes problèmes d’un coup (#flemmarde).

Tout ça pour dire que j’ai plus un rond.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *